Festival BD Aix en Provence

 EXPOSITIONS 2016 • LE PROGRAMME IMMERSION

LE PROGRAMME
IMMERSION
Léo Quievreux

Léo Quievreux détraque les codes des bandes dessinées de genre pour camper des ambiances inquiétantes aux accents surréels. Toujours en lisière de l’abstraction, son art consommé du noir et blanc nous conduit dans une étrange rêverie.

L'EXPOSITION


Récit d’espionnage et d’anticipation onirique, le Programme immersion, publié par les éditions Matière, est un livre captivant ou plutôt, un livre piège.
L’Agence a mis au point une machine révolutionnaire en matière d’espionnage, l’EP1 (Elephant Program One). Elle permet de plonger leurs agents dans un sommeil artificiel et de sonder leur mémoire pour retrouver des éléments qu’ils auraient vus ou entendus sans pour autant en avoir conscience. Mais la NAIA – une agence rivale de l’Agence – a dérobé l’un des prototypes de l’EP1. La confrontation s’opère alors dans l’espace mental de plusieurs agents endormis.

« De flash-back en fantasme, de rêve en souvenir, de glissement en faux raccord, toute certitude positive, tout repère se délite : Le Programme immersion est un récit-piège où le lecteur se trouve, en tous sens du terme, captivé. Ayant hacké sa propre intrigue, le récit suit ses personnages dans leur néant, explore leurs relations autant qu’il les distord, fouille leurs consciences, et de loin en loin dysfonctionne, au gré d’amples oscillations paranoïaques. »
Présentation des éditions Matière.

Une sélection des planches originales de l’ouvrage est exposée dans la galerie Vincent Bercker. Elles mettent en évidence la capacité de l’artiste à changer de registre graphique d’une case à l’autre tout en maintenant la cohérence d’un style qui lui est propre. De plus, l’exposition reprend également les dessins de Anyone 40 paru aux éditions Arbitraires. Ces pages grand format confirment Léo Quievreux comme l’un des grands poseurs de trouble et d’atmosphères ambiguës.

L'AUTEUR



Léo Quievreux est né en 1971 à Mulhouse puis il est formé, quelques années plus tard, en Arts Appliqués dans les écoles Estienne et Duperré.
En 1991 – il signait alors simplement Léo – il fonde avec Jean Kritau et Anne-Fred Mauer, les éditions Gotoproduction. Cette structure publie essentiellement des livres graphiques et toute une génération d’artistes émergents qu’on retrouve également chez leurs camarades du Dernier cri : Pakito Bolino, Fredox, Kerozen… et Léo lui-même.
Gotoproduction cesse son activité en 2001, Léo est dès lors principalement publié par le Dernier cri pour lequel il signera notamment Sàg, Polizia 06, La Prothèse RHZ, Cocaïne 14… Il réalise aussi de nombreuses illustrations pour le Monde ou Libération.
Il ne prend la signature de Léo Quievreux qu’en 2007. On trouve depuis sa signature chez de multiples éditeurs : l’Association, Carabas, Matière ou encore Arbitraire.
En parallèle de son parcours graphique, Léo Quievreux mène une carrière musicale. Il monte un duo nommé Pikpus dont il se sépare pour faire en solo de musique minimale sous le nom de Pik. Il est ensuite synthétiseur dans le groupe Dragibus.

Production Rencontres du 9e Art.